Credo

Un modèle innovant de création et diffusion de savoir

A l’origine de notre expérience pédagogique de l’« OIDC » nous avons posé la question de savoir comment permettre aux étudiants de porter un regard à la fois engagé et distancé face aux évolutions en cours en matière de RSE et de don caritatif.

A cet effet, notre enseignement est conçu comme structurant plusieurs registres d’intervention et d’accompagnement.

• A un premier stade, nous demandons aux étudiants de donner un sens aux réalités appréhendées via les modèles et méthodes que nous enseignons. Ils abordent leur objet d’investigation sous différentes perspectives : fonctionnaliste, constructiviste, structuraliste, interactionniste, systémique… Les moyens que nous mettons en œuvre sont ceux d’un coaching permanent autour de méthodes « enracinées dans les faits ».

• A un deuxième stade, nous leur demandons de créer de la connaissance, un savoir qui se démarque de toutes les informations véhiculées par les médias et les text-books. La méthode choisie est la réalisation du projet lié à des ONG de leurs choix. Ils actionnent quatre types de production : dossier d’analyse, storytelling, site internet et événement.

• A un troisième stade, leurs projets exigent un travail de groupe. Or, ces jeunes adultes ont des cultures personnelles diverses et leur enseignement antérieur était de nature individualiste. Par le biais du projet semestriel en équipe, l’étudiant devient « producteur de connaissance » et non plus « consommateur de connaissances », « partenaire de la connaissance » et non plus « spectateur », « décideur » et non plus « futur manager ».

• A un quatrième stade, une relation de confiance solide est instaurée et l’étudiant n’a plus peur de prendre des risques, de se laisser déséquilibrer par la confrontation avec le réel. Il apprend alors de ses propres “prises de risque”, en voyant le résultat concret de ses actions. Devenu autonome, il sait qu’il contribuera à l’avancement du savoir dans la société, quelle que soit la carrière qui l’attend.

Certes, leurs études antérieures s’inscrivaient dans une relation maitre-élève traditionnelle. Mais leur facilité à « désapprendre » des schèmes de fonctionnement individualistes pour adhérer à un travail collaboratif et co-construire des objets d’analyse et de communication est révélateur de leurs compétences à améliorer dans notre monde multiforme du XXIe siècle.

Leur créativité, leur authenticité, leur générosité et leur flexibilité sont du pur bonheur pour le professeur que je suis, comme elles le seront de leurs partenaires futurs !

                                        Professeur Michelle Bergadaà, Ph. D.